L'angervillois

Les tribulations historiques d'un Angervillois curieux

01 janvier 2008

janvier 2008 : 1er numéro

vignette_2_personnes Bonjour,

Chaque mois l'angervillois vous fera découvrir quelques aspects de notre histoire locale et du patrimoine encore en place.

Pour ce premier numéro de l'angervillois vous présente ses meilleurs voeux pour 2008 et vous propose quelques considérations sur ces vieux panneaux Michelin en béton qui ont progressivement disparus. Il en reste encore et l'angervillois en a retrouvé.

Pour les plus jeunes qui n'ont pas connu ce projet et pour ceux qui l'ont oublié :  un rappel de l'aérotrain qui a bien faillit frôler le village et dont les vestiges dont bien visibles lorsqu'on va à Orléans.

Enfin, pour ce mois de janvier, un rappel des quelques rois de France qui sont passés par Angerville.  Du moins ceux qui en ont laissé le souvenir car ils ont été nombreux ceux qui ont parcouru le chemin de paris à Orléans.

Bonne lecture

L'angervillois


Panneau Michelin à Angerville

Angerville_michemlin_01

Dans les années 50, toutes nos routes étaient décorées de ces panneaux Michelin en béton. Mais ils ont été très vite remplacée par d'affreux panneaux en tôle. Par chance, de-ci de-là, il en reste  un, oublié pour quelques temps encore.  On n'y fait plus attention et pourtant, ils deviennent des eptits patrimoines d'une histoire récente.

La nationale 20, en quittant la traversée des villages pour prendre ses déviations, en a laissé dans certains d'eux une belle collection. Mais il y en a aussi dans nos petits villages. Les retrouver, ce sera l'objet de cette rubrique.

Pour commencer ce qui sera une longue série : ce panneau d'entrée d'Angerville.En bien triste état ce panneau Michelin de 1932 coincé derrière des panneaux modernes.

Combien de temps va-t-il encore tenir? Ce serait bien qu'il soit sauvegardé ou, au moins, dégagé et restauré.

Au fait, où est-il dans Angerville?

Angerville_michemlin_02 Angerville_michemlin_03

 

Pour en savoir plus :   
les  panneaux en béton de mon ami Philippe DE PRIESTER.
Et si vous en trouvez dans Angerville ou la région, contacter l'angervillois

Des rois de France à Angerville

Relais de poste sur le chemin de Paris à Orléans,  Angerville a vu passer des voyageurs célèbres dont ces rois de France qui ont laissé dans les archives une trace de leurs passages.
  • Philippe VI est passé à Angerville en octobre 1329 selon le trésor des Chartres.  [2]
  • Louis XI y a passé la nuit du 30 au 31 août 1466, puis est revenu y séjourner du 1er au 4 et il est enfin repassé le 18 septembre 1466.
  • Charles IX  y passe le 17 septembre 1562, en pleine guerre de religion. Puis après avoir signé l'édit d'Amboise, qui apportera un peu de calme pendant 3 ans, le roi repasse à Angerville le  27 avril 1563
  • Henri IV est passé à Angerville le 17 novembre 1593
  • le 7 juillet 1614, le rvignette_philippe_VIoi Louis XIII  "à huit heures part d'Etampes, arrive à dix heures un quart au

    vignette_louisXI

    charles_IXvignette_henri_IV Bardé (auberge), à Angerville, où il a diné. Parti à deux heures et demie[3] . Le 4 juin 1626, il traverse à nouveau notre village.
  • Enfin, Louis XIV est passé le 30 septembre 1685.

 

Sources :
[1] Eugène THOISON, les séjours des rois de France en Gatinnais, Société historique & archéologique du gâtinais, 1888
[2] Archives Nationales , JJ.66, n°281
[3] J.Héroard, Journal de l'enfance et de la jeunesse de Louis XIII, t. II, p.144)

 

L'Aérotrain

En 1965, l'ingénieur Bertin présente au 1er ministre de l'époque,Georges Pompidou, une maquette d'un "train sans roue".  Séduit par cette technologie nouvelle, un véhicule sur coussin d'air circulant à très grande vitesse, il donne son feu vert pour une maquette fonctionnelle.

C'est dans l'Essonne que cette expérience sera menée. Sur l'ancienne voie ferré "Paris-Chartres par Gallardon",  6km de voie en béton en forme de T renversé, caracteristique de l'Aérotrain  sont construits entre Limours et Gometz-la-Ville.

Cette première ligne est inaugurée le 21 février 1966 et les essais commencent avec le 1er prototype à l'échelle 1/2 propulsé par une hélice. Il atteindra 347 km/h l'année suivante après avoir été doté d'un moteur d'avion à réaction !!!

Un second prototype à 2 places permet de tester divers propulseurs mais c'est le moteur linéaire qui est envisagé pour la mise en service future.

Le 18  décembre 1967, le gouvernement signe la construction d'un tronçon expérimental grandeur nature de Ruan à Chevilly dans le Loiret, premkier tronçon d'une ligne Paris-Orléans. Divers véhicules y sont essayés avec des voyageurs privilégiés. Malheureusement les ingénieurs n'arrivent pas à mettre au point un moteur linéaire de cette taille et surtout la SNCF annonce son projet de TGV.

En 1974, le Président de la république décide de l'arrêt du projet.

Il nous en reste la voie qu'on peut voir de la N20 en allant vers Orléans. Les véhicules qui étaient restés sur place dans les hangars ont mystérieusement été incendiés.

Pour en savoir plus :